Tous pourris ?

Les maires cumulards  ?

  

Est-ce pour multiplier les ancrages territoriaux, pour cumuler les indemnités (jusqu'à 8272 €, plafond légal), ou par appétit du pouvoir ?

Les élus français sont volontiers cumulards. Encore faut-il se méfier de l'effet d'optique  : quelques centaines d'élus à l'échelle nationale cachent la forêt des 524 289 conseillers municipaux. Ainsi moins de 0,001% de ces conseillers sont député ou sénateur. A l'inverse, début 2015, plus de la moitié des parlementaires ont un mandat communal, souvent de premier plan.

En 2017, le cumul des mandats de parlementaire et de dirigeant d’exécutif local sera interdit. En attendant, 14 des 20 premiers élus du "palmarès des cumulards" établi par l'hebdomadaire l'Express ont été réélus en 2014. Les Français, opposés au cumul, changent d'avis quand il s'agit de leur maire, s'imaginant, peut-être, que leur commune peut en tirer profit.

De vieux
hommes
blancs ?